Quoi de neuf dans le TUB?

TUB

Octobre 2018

LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier

Derniers sujets

» S42 - Du 15/10 au 21/10/2018
Lun 15 Oct - 15:43 par tomcuz

» S41 - Du 8/10 au 14/10/2018
Jeu 11 Oct - 9:26 par Vince44

» Post libre pour Questions/remarques plan route
Lun 8 Oct - 9:53 par Aude

» S40 - Du 01/10/2018 au 07/10/2018
Ven 5 Oct - 7:58 par kzy

» Plan marathon générique
Mar 25 Sep - 0:53 par YesICan

» S39 - Du 24/09 au 30/09/2018
Lun 24 Sep - 23:21 par YesICan

» S38 - Du 17/09 au 23/09/2018
Lun 24 Sep - 10:39 par Sylvanus

» Objectifs saison 2018-2019
Mer 19 Sep - 8:21 par Lulu chapeau pointu

» S37 - Du 10/09 au 16/09/2018
Ven 14 Sep - 10:58 par Sylvanus


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Dimanche j’ai couru et j’ai aimé ça !

Partagez
avatar
Fabrice

Messages : 10
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : SAINT MARS DE COUTAIS

Dimanche j’ai couru et j’ai aimé ça !

Message par Fabrice le Mar 17 Avr - 16:49


Ceux d’entre vous qui connaissent mon caractère terrien (pour ne pas dire ver de terre) auront vite compris qu’en dépit de l’enthousiasme transpirant à travers ce titre que ce n’était pas de course à pied mais bien de vélo dont il était question. J’avais toujours gardé enfoui quelque part le regret d’avoir quitté l’école cycliste avant qu’il me soit réglementairement permis de participer à mes premières courses. C’est avec la même âme d’enfant que 35 ans plus tard, je me suis enfin décidé. La météo ne m’a guère aidé, le week end dernier ayant été entaché de régulières averses. Ce fameux Dimanche d’avril, deux courses s’offraient potentiellement à moi l’une le matin à Mésanger, l’autre l’après midi à Frossay. J’avais bien travaillé la diététique la veille en mangeant comme toujours plus que de raison chez mes amis Nicolas et Cécile, ponctuant à 1h du matin ce somptueux Osso bucco d’une rasade des Rhums de Ced (ananas victoria … hum un régal !). Ouvrant les volets sous la pluie Dimanche matin, je me suis vite résolu à patienter jusqu’en début d’après-midi. Tout un tas d’amis coursiers se sont récemment gamellés à cause de la pluie ou des pics de testostérone qui, aux dires des plus expérimentés, caractérisent classiquement les débuts de saison. Arrivé devant la tente des dossards je me suis vite retrouvé dans un environnement curieusement familier. Je savais Ronan quelque part par là en train de s’échauffer. Puis très vite j’ai recroisé plein de types que je connaissais pour les avoir côtoyés lors des sorties cyclo organisées par les clubs locaux. C’était marrant. Pour eux j’étais « le triathlète ». Comme s’il m’avait étiqueté. Je constaterai même le lendemain de la course qu’un inconnu courant ce jour là à mes côtés avait noté sur son activité Strava « course aux côtés du triathlète de la Musette ». Je ne sais pas vraiment ce que cela veut dire mais ça m’a fait rire. Je tourne la tête à droite et croise le regard espiègle de Paul Heelis, un coursier britannique de Bouguenais avec lequel j’ai sympathisé sur Strava. « Super que tu sois là Faprice même si le profil de la course risque t’être tur pour toi … c’est assez cassant ». Contrairement à un Xav qui ne laisse jamais rien au hasard, je dois avouer que je me suis laissé porter par l’envie sans chercher à savoir quoi que ce soit sur cette course.
Après avoir taxé trois épingles à nourrice à la nana du bar je suis parti m’échauffer dans l’espoir de retrouver Ronan. Moins d’un kilomètre plus loin je me suis rapidement élancé, un peu fébrile, dans une descente scélérate se ponctuant par un très sévère virage à gauche en montée. Je peux maintenant le dire je me suis fait peur et j’ai bien cru finir dans le fossé en face, à peine parti. La réalité venait de me rappeler une fois encore, et comme s’il en était besoin, à quel point j’étais mauvais dans les virages. En dépit de quelques montées et descentes modestes, le parcours ne m’a pas semblé si compliqué au premier passage. A l’exception de cette bonne petite patate de 600 mètres située, comme souvent, juste avant la ligne d’arrivée … histoire que tout le public amassé sous la banderole puisse bien voir à chaque passage ton teint défait et ce fil de bave qui te pendouille aux coins des lèvres tandis que tu plafonnes péniblement à 20 km/h. Bande de pervers !!
12 tours à boucler et tout à découvrir. Une multitude de question me traverse la tête : à quelle vitesse ça va partir, est ce que ça va attaquer tout de suite, que va donner ce putain de virage à gauche quand nous serons 80 à vouloir y passer en même temps … la pression commence à monter

C’est parti. Cela fait 50 secondes que les D1 D2 sont partis et nous leur emboitons le pas dans un infernal cliquetis de dérailleurs et d’enclenchement de pédales automatiques. Après un petit enchainement de virages et finalement dès que la visibilité le permet je sens cette masse mouvante prendre son élan en direction de la fameuse descente. Par prudence, je laisserai bon nombre de mecs s’y engager avant moi. Les mecs ressemblent à des TGV sur leurs rails. Ils ne freinent même pas et se penchent dans ce virage comme des motards tandis que j’ai l’impression d’y arriver tout chancelant les mains crispées sur les leviers de freins. Tandis que la route remonte immédiatement ils me mettent un méchant vent qui tout de suite me largue à 50 mètres derrière et accélèrent. Je me lance à leur poursuite et au prix d’un premier effort inutile, je finis par rentrer dans leurs roues. Je découvre qu’en D3 D4 le peloton roule par à-coups. Heureusement pour moi car sinon il m’aurait largué 100 fois. Les mecs roulent à 55 en descente puis paf … repassent à 34 sur le plat. A la faveur d’une accélération plus violente que les autres le peloton se scinde en deux, un groupe d’une quinzaine de coureurs s’éloigne de moi … lentement mais sûrement. Tandis qu’il se maintient à près de 200 mètres, je décide de me lancer à sa poursuite. Si je reste là la messe est dite. Je manque vraiment d’expérience. Pourquoi ne pas avoir sauté dans leurs roues tout de suite. Leur accélération n’était pas si violente après tout. Maintenant je vais devoir m’extraire en solo de cette masse qui m’aspire au prix d’un effort violent dont il n’est même pas acquis qu’il paie. J’attends un petit faux plat montant, me mets debout sur les pédales et lance la chasse. Advienne que pourra ! Profitant une fois encore d’une décélération complètement inexplicable j’arriverai finalement assez vite sur eux. Je me retourne. Personne ne m’a suivi. Si j’avais en plus ramené tout le peloton avec moi j’étais définitivement sûr de passer pour un mickey. J’en étais un … résolument … mais je préférais être le seul à le savoir. Il s’agissait maintenant pour moi de rester dans les roues. Toutefois, si à chaque nouveau passage, chacun des virages me devenait plus familier, ma technique, elle, ne s’était guère améliorée. « Oh fais gaffe tu vires hyper large » … euh oui désolé les gars je sais. A chaque virage je suis dépassé de toute part et sert les fesses. Zoum deux par l’intérieur, zam trois à l’extérieur … et moi largué derrière le groupe une fois encore. Je ne sais plus combien de fois je me suis retrouvé en chasse patate. La côte de l’arrivée se monte au train tranquillement. Sauf quand le speaker annonce « un point chaud ». Il y en aura trois dans la course. Et celui qui en remportera le plus remportera également ce magnum de champagne qui trônait sur le podium au départ de la course. Je découvre, j’apprends, je m’amuse comme un gosse à voir l’attitude des gaziers qui m’entourent. Lors du retrait des dossards tous s’excusaient déjà d’être là, lançant à qui voulait bien les écouter à quel point ils n’étaient pas en forme. J’observe le peloton. Ça grimace, ça transpire, ça souffle et je ne peux m’empêcher de me demander si tout cela n’est pas du flan. Quel folklore ! Je me régale mais reste sur mes gardes et ouvre grands les yeux et les oreilles. D’un coup le peloton s’ouvre devant moi comme pour m’inviter à prendre les devants. Pour l’instant, j’ai essayé de rester discret mais là c’est manifestement mon tour de prendre les commandes du troupeau. Je m’exécute. Je passe fièrement en tête devant le podium soutenu par quelques encouragements émergeant du public. Et c’est reparti pour un tour … virage, ratage, largage, repêchage. Puis nous entamons enfin le dernier tour. La course ne fait que 57 kilomètres mais les efforts répétés qu’il m’a fallu produire commencent à se faire sentir. L’arrivée n’est plus qu’à 800 mètres. Tous mes sens sont en éveil et je m’apprête à bondir sur le premier qui chercherait à s’extraire subitement mais … rien ne se passe. Nous attaquons un faux plat montant derrière lequel se trouve une petite cuvette remontant en flèche vers l’arrivée. Sans attaquer vraiment c’est le moment que je choisi pour me faufiler par la gauche le long du talus. J’accélère en souplesse (comme un facteur dirait Paul) et m’éloigne doucement du groupe qui semble souffrir dans ce petit raidillon. Puis je commence à accélérer plus franchement, toujours aucune réaction. Bon ben si c’est comme ça je me dis allume mon gars la ligne n’est plus très loin. Je me lance dans l’ascension de cette côte pour la douzième fois. Ça me brule j’ai mal aux jambes mais c’est bientôt fini. Je n’ose plus me retourner désormais de peur de les voir fondre sur moi comme des rapaces. Un court instant, il me semble entendre le cliquetis des chaines derrière moi. Putain non !! ils vont me fumer à trente mètres de la ligne. Je maintiens mon effort et finis cette côte en force assis sur la selle dans une ambiance d’une religiosité quasi surréaliste : aucun bruit, pas un cri, pas même la voix du speaker qui, perdu dans ses fiches, croyait que j’étais un retardataire du groupe D1D2. . Je franchis la ligne seul, sans émotion, sans même lever un petit doigt. Si vous voulez des images https://youtu.be/-abHxpwdT6s

Je me retourne les gars sont encore loin derrière. Le motard qui m’ouvrait la route s’arrête 10 mètres après la ligne se retourne et me lance « je crois bien que tu as gagné mon gars ». Il a raison ... Je viens de gagner ma première course bordel. Bon d'accord c'est seulement de la D3 mais je ne boude pas mon plaisir. Je n'ai pas l'habitude de gagner moi. Devant le bar certains me diront qu’ils ne se sont pas élancés à ma poursuite pensant, eux aussi, que j’étais un retardataire. Un autre me lance « ah c’est toi le triathlète … à ben maintenant je t’ai repéré ». Merde … moi qui voulais la jouer discret c’est raté. Un peu plus tard le speaker me tendra le micro en me disant « Alors racontez nous Fabrice on ne connaissait pas ce club c’est quoi ce TUB ». Il conclura finalement la discussion en lançant « ben ne dites pas à tous les gars du TUB de se mettre au vélo par que sinon le peloton va souffrir ». Ben moi je dis le contraire : venez les gars, venez tous, on va bien se marrer et ça change un peu du tri !

David M
Invité

Re: Dimanche j’ai couru et j’ai aimé ça !

Message par David M le Mer 18 Avr - 12:31

J'adore
Tu vas devenir notre idole de la pédale Laughing
avatar
tomcuz

Messages : 2067
Date d'inscription : 27/11/2013

Re: Dimanche j’ai couru et j’ai aimé ça !

Message par tomcuz le Mer 18 Avr - 13:19

Super Fab !!
Je suis fier de toi...tu as trouvé TON sport !! ;o)

Bon je vais de ce pas envoyer un mail à la ligue pour changer de catégorie
Car je ne me vois pas commencer en D1D2
J'aimerai bien voir ce que ça donne
Problème, si je rate un virage...je ne pourrai pas revenir tout seul...bon tu me ramèneras alors hihi

Bravo encore Fab !! C'est énorme pour une première course !! cheers cheers
avatar
Fabrice

Messages : 10
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : SAINT MARS DE COUTAIS

Re: Dimanche j’ai couru et j’ai aimé ça !

Message par Fabrice le Mer 18 Avr - 13:43

Merci les copains c'est gentil !
avatar
YesICan

Messages : 1397
Date d'inscription : 28/11/2013

Re: Dimanche j’ai couru et j’ai aimé ça !

Message par YesICan le Mer 18 Avr - 18:33

belle prose, sympa à lire, il y a de l'action, par contre la vidéo c'est moins flagrant, j'adore l'ambiance enflammée à l'arrivée Razz

Ca me dit bien aussi de tester àl'occas, enfin bon quand j'aurais repris un peu, je pense que je stresserai aussi dans les virages
avatar
Sylvanus

Messages : 2210
Date d'inscription : 03/12/2013
Age : 38
Localisation : Laval

Re: Dimanche j’ai couru et j’ai aimé ça !

Message par Sylvanus le Lun 7 Mai - 8:57

Ca fait un moment que je ne m'étais pas connecté sur le forum, mais là je ne suis pas déçu!!!
Superbe perf Fab et très beau résumé, on s'y croirait!! Smile
Very Happy

Contenu sponsorisé

Re: Dimanche j’ai couru et j’ai aimé ça !

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Jeu 18 Oct - 20:07